Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Message Divins

Message Divins

Quand les enseignements des êtres de lumière deviennent thérapeutiques

Et si c’était à la fin que tout commence ?

 

 

Un dialogue sur "Et si c'était à la fin que tout commence"

et sur les E.M.I négatives

 

 

 

 

 

Cette question est posée en conclusion du récent reportage produit par l’INREES intitulé

« SENTIMENTS D’ETERNITE » et que j'avais mis sur le blog il y a quelques temps.

 

Cet été, lors d’une rencontre où étaient  présentes trois personnes intéressées par le sujet, nous avons regardé la vidéo et la question de conclusion est venue comme une évidence, elle est devenue une question tout court. 


Si je me réfère au positionnement de chacune des trois personnes présentes (j‘ai modifié les prénoms), je pourrais dire que la première Solenn souhaite comprendre,  la deuxième Anne, a déjà son avis et n‘a pas peur de la mort, je crois. La troisième Nanou est dans la difficulté d’en parler. On lui a appris qu’après la mort il n’y a plus rien et il lui est difficile de défaire ce qui lui a été inculqué, le début du message sera difficile pour elle…Toutes les trois sont des personnes d’environ 70 ans et que j’aime beaucoup. 


Je les remercie pour l’occasion qui nous a été donné de recevoir cet enseignement :


 

Et si c’était à la fin que tout commence ?

 

  • Mon guide s’adresse à nous et répond :

 

« Lorsque la vie s’arrête, votre vie terrestre se place dans l’instant qui est le dernier.

La vie terrestre est stoppée dans ce corps qui est prêt à se placer dans le repos définitif. La mort est une multitude de reconnexion avec l’être intérieur qui accepte de se mettre en arrêt de son chemin terrestre.

La mort est une fin de voyage terrestre.

La mort est une fin d’étape constituée d’expériences terrestres.

La mort est une continuité de la vie. 

La mort est une flèche qui s’élève vers la lumière.

La mort est douce. 

La mort est paisible. »

 

 

- Intervention Nanou qui argumente : 

« Je ne suis pas d’accord, et les personnes qui meurent à la guerre, dit-elle ? »

 

  • Mon guide reprend :

 

La mort est douce (1) 

Les personnes qui meurent à la guerre sont des êtres qui sont passé dans l’autre état de façon plus que « propulsée ». 

Je t’explique que leur départ s’est fait en douceur mais(2) qu’il y a pu avoir : 

de la peur, 

de la crainte, 

du regret, 

de la peine, 

du refus, 

mais le passage est doux (2). Je parle de la mort.

Je comprends ta question, tu ne comprends pas ma réponse.

 

La mort est douce, regarde :

ScannedImage


* Commentaire personnel : Ce dessin montre une personne qui glisse à travers un voile, moi je vois ce voile comme un rideau très léger à travers lequel la personne passe. Ce voile symbolise le passage. En haut à gauche avant le voile est écrit « vie terrestre ». A droite est écrit « passage »,  puis en dessous « vie au-delà » et un ange (ou un guide) est présent pour l'accueillir. 

Je dois préciser qu'au moment où je reçois cet enseignement que je connais déjà pour l‘avoir déjà reçu, j’y ressens toute la douceur du moment décrit par le dessin et la légèreté du voile.

 

 

  • Mon guide reprend :

 

« La mort est sacralisée, bâtie sur la peur, bâtie sur le non-sens, par la révolte des hommes qui refusent de croire qu’il y a une vie qui ne s’arrête pas, qu’il y a la mort, ce passage, un autre état d’être.

 

La mort est nourrie de crainte, et c’est cette crainte qui empêche de partir sereinement parce que l’homme préfère nourrir la crainte que la confiance qu’il y a une beauté au-delà de la mort.

 

Je vous enseigne que la mort est un passage qui n’est pas une fin mais une continuité de vie et que le passage doit être perçu comme un glissement d’état simplement lorsque l’être humain accepte de se laisser guider par l’évidence du départ. 

 

Nous sommes présents pour en faciliter le passage. Nulle mort ne se déroule dans l’isolement. Tout être est accueilli par un être de lumière qui lui a montré le chemin lors de sa vie terrestre et un autre qui est l’être du passage. 

 

Les êtres humains ont le choix de voir et de reconnaître cette existence d’êtres de lumière auprès d’eux lors de ce passage ».

 

- Nanou et Solenn répondent : « cela est rassurant… »

 

 

  • Mon guide reprend : 

 

« Cela est rassurant, oui, mais combien d’entre vous sont-ils prêts à le croire ?

Pourquoi ne pas choisir cette explication et en faire votre expérience de fin de vie ? »

 

 

  • Mon guide ajoute :

 

« Je vous demande de diffuser cette explication car elle aura sa place dans l’esprit humain. Je demande d’accepter de croire que nul être humain ne passe jamais seul dans son nouvel état de conscience. 

Je demande de comprendre cette explication et de l’accepter en vous comme une vérité qui provoque la paix nécessaire à l’approche du passage ».

 

 

- Anne demande alors de parler des E.M.I. négatives, si mon guide peut les expliquer.

 

  • Voici ce qu'il explique :

 

« Les expériences de vies proches de la mort sont vécues de façon négatives par les personnes qui ont eu des difficultés avec le fonctionnement de leur cerveau. Je parle d’illusions au seuil de ce passage lié à leur croyance placées en elles, enfant, que la mort nécessite le passage au purgatoire. 

 

Pour purger les mauvaises actions, l’esprit se reconnecte à cette forme de mémoire empêchant la réalisation du  passage proche de la vie de façon sereine. Le pourcentage de ces expériences sera diminué car les croyances ancrées dans l’esprit des êtres humains vont être libérées par la volonté de ne plus y adhérer. L’image du purgatoire est une image ancienne et dotée de toutes les peurs des hommes. Peur de dieu, essentiellement. Aucune expérience n’est négative car la  compréhension à un niveau subtil se place petit à petit, rétablissant la personne dans un cheminement de paix et  de confiance. 

 

Seule la peur de la mort doit être corrigée ».

 

 

Ce sera sur ces mots que le message se termine.

 

Pour ma part, j’ai vécu cet échange de manière positive et je crois que les personnes qui l’ont vécu en ma présence ont pu retirer des réponses à leur questionnement, et c’est de ces réponses qu’elles seront à même de se faire leur propre conception de la mort.

 

 

 

(1) ce mot est souligné de nombreuse fois. 

(2) entouré de nombreuses fois dans le texte

 

 

 

 

 

 

 


 

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

Marie 05/10/2012 13:32


Merci, merci, merci Françoise de partager ces beaux enseignements de ton guide.


Que c'est doux et apaisant de lire toutes ces belles choses sur la mort.

Françoise 07/10/2012 18:20



merci Marie,


je pense que ce n'est pas un sujet facile et que peu de personne sont à l'aise d'en parler, mais c'est aussi une partie de la vie que de ne pas l'ignorer...


alors si ce texte vous a apaisé, j'en suis heureuse.


belle fin de journée...